Saviez-vous que ....

La double Canonisation : Jean XXIII et Jean-Paul II le dimanche 27 avril 2014

Saint Jean XXIII et Saint Jean-Paul II dimanche 27 avril 2014

Grand sourire

Dimanche 27 avril 2014

Pour la 1ère fois

La canonisation de Jean XXIII et Jean-Paul II

deux figures majeures de l'Eglise catholique du XXe siècle.

----------

Jean-Paul II et Jean XXIII faits saints

°°°°°°°°°°

Fait marquant dans notre Siècle qui mérite d'être signalé sur mon site.

CourCourCourCourAime bien

 

 

Savant guadeloupéen - G. NICOLO qui a été candidat à la Présidence de la République Française

Sourire    

Raoul Georges NICOLO

Un grand savant guadeloupéen

Un scientifique d’envergure internationale

21 juin 1923 - 7 avril 1993

*************

La commémoration nationale de Raoul Georges NICOLO s’inscrit dans une série de célébrations

proposée par le Conseil de la Culture, de l’Education et de

l’Environnement (CCEE) de la région Guadeloupe, au sein de sa commission

«culture et patrimoine».

 A Paris, les Archives nationales et la Délégation aux commémorations nationales du

ministère de la culture et de la communication ont adhéré à l’auto saisine du CCEE qui devrait se

concrétiser en 2012-2013 par le rappel - voire le plus souvent la découverte - du parcours de

Raoul Georges NICOLO.

 Cet éminent scientifique guadeloupéen sera célébré à nouveau par sa ville natale, le Gosier, partenaire du projet NICOLO. Dans ce cadre, une conférence-débat est programmée pour le 25 mai 2012 à la salle Léopold HELENE de l’Hôtel de ville.

Cette manifestation sera suivie jusqu’en janvier 2013 d’autres «rendez-vous NICOLO» répartis sur le territoire de la Guadeloupe

 

http://www.archivesdefrance.culture.gouv.fr/static/5715

 ***********

Grand sourireCourCourAime bien

Petit rappel à tous "Quand le maire de Paris était noir "....

Severiano de Heredia, Maire de Paris en 1879

Cool

SAVIEZ-VOUS

Qu' En 1879 

la ville de Paris a eu un maire noir, dénommé

Severiano de Heredia

Son parcours a été retracé par l’historien Paul Estrade en 2011, dans un livre passé quasiment inaperçu à l’époque.

°°°°°°°°°

Portrait de Severiano de Heredia, qui fut maire de Paris en 1879
A l’heure des débats récurrents sur la diversité et l’immigration, l’histoire de Severiano de Heredia est particulièrement intéressante. Tout comme son occultation par la mémoire collective nationale.

A cet égard, c’est tout à l’honneur de l’historien Paul Estrade, professeur émérite de l’université de Paris VIII – Saint-Denis, d’exhumer de l’oubli, volontaire ou pas, le parcours de cet homme politique français.

**********

L'homme est ambitieux

Severiano de Heredia est né en novembre 1836 à La Havane (Cuba)

dans une famille de « mulâtres libres ».

En 1845, il arrive à Paris en compagnie de sa mère adoptive, Madeleine Godefroy, épouse française de son « parrain » Ignacio Heredia y Campuzano, dont tout semble indiquer qu’il est en fait son père biologique. Le jeune Severiano termine brillamment ses études de rhétorique dans l’institution qui s’appelle alors le Collège Louis-le-Grand.

Nous sommes en 1855.

 Rentier depuis le décès de son oncle en 1848, qui l’a laissé à l’abri du besoin, Severiano de Heredia entame une carrière de poète et de critique littéraire, avec un certain dilettantisme, et investit ses revenus dans l’immobilier.

Il se marie en novembre 1868

Deux ans plus tard, il obtient la nationalité française. L’homme est ambitieux. Il se déclare républicain, partisan de « la décentralisation départementale et communale, de la séparation de l’Eglise et de l’Etat, et de l’instruction universelle. »

En avril 1873

il est élu au Conseil municipal de Paris pour le quartier des Ternes, dans le camp de la majorité républicaine radicale. C’est le seul « homme de couleur » au Conseil.

En 1879, après six ans de mandat, c’est la consécration.

Severiano de Heredia devient, à 42 ans, président du Conseil municipal de Paris. Soit l’équivalent du maire de Paris aujourd’hui.

Il le demeurera pendant six mois, comme c’était l’usage à l’époque dans un système de rotation sophistiqué.

Poursuivant ses ambitions, bénéficiant d’amitiés politiques et dans la franc-maçonnerie, le Franco-cubain est élu député du XVIIe arrondissement de Paris en août 1881. Il assumera deux mandats. L’un sous l’étiquette de l’Union républicaine, le suivant sous celui de la Gauche radicale.

Dans sa biographie, Paul Estrade note que la participation du député aux travaux parlementaires « a été prolixe et sans éclipses », en particulier sur les questions économiques et sociales ainsi que sur les questions budgétaires et municipales. Pour une courte période, de mai à décembre 1887, Severiano de Heredia sera également ministre des Travaux publics dans le cabinet de Maurice Rouvier. De retour sur les bancs de l’Assemblée, il terminera son mandat en novembre 1889.

« Le nègre du ministère »

Pour autant, cette brillante carrière ne fut pas qu’un long fleuve tranquille. Les préjugés racistes se réveillèrent particulièrement lorsque Severiano de Heredia fut nommé Ministre.

On lui reprochait moins son action gouvernementale que sa couleur, et il fut affublé de qualificatifs tels que « le nègre du ministère », « nègre roublard aux grosses lippes »,  "ministre chocolat", et autres joyeusetés.

Ce métis appelé aux plus hautes fonctions de l’administration dérangeait, et ce fut tout à son mérite d’avoir superbement ignoré ces quolibets, ouvrant la voie, à d’autres grands serviteurs de l’Etat « de couleur », comme Félix Eboué ou Gaston Monnerville, entre autres.

"Décédé en février 1901, Severiano de Heredia repose au cimetière parisien des Batignolles."

« Aujourd’hui, pas une rue, pas une salle, aucun lieu public ne porte son nom » déplore cependant Paul Estrade.

 Pas de portrait de lui, même pas à l’Hôtel de Ville de Paris qui collectionne, pourtant, portraits et statues de ses anciens maires ;  pas de trace de son existence dans la Cité nationale de l’histoire de l’immigration, ni dans les ouvrages qui évoquent 

"ces Noirs qui ont fait la France", etc.

Severiano de Heredia a été une victime - je ne sais si centrale ou collatérale - de la politique coloniale de la France en Afrique, et de la persistance d’un état d’esprit colonialiste chez nous, même après l’étape dite de la "décolonisation" ».

 Paul Estrade, « Severiano de Heredia. Ce mulâtre cubain que Paris fit « Maire », et la République, « Ministre ».

Editions Les Indes savantes, juillet 2011, 162 pages.

***********

http://www.la1ere.fr/2013/04/29/quand-le-maire-de-paris-etait-noir-32105.html

°°°°°°°°°°

Il est bon parfois, de rappeler certains faits de l'histoire

Ne croyez-vous pas ??

Grand sourireCour

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...
Voir tous les commentaires

Commentaires

19.03 | 10:42

Dear customer,

This is a test to see if the email finds your inbox.

Kindest regards,
SimpleSite Tech Support

...
09.03 | 10:12

je comprend rien

...
01.03 | 17:41

La maman du boss est super sympa , mais le bar reste un bar pur Antillais si tu parle pas créole , passe ton chemin tu comprendras rien sinon. Dommage

...
27.12 | 01:48

Merci Mary,
Je viens de terminer le 15 décembre dernier une très belle soirée
et la programmation pour 2019 est en cours. Excellente fête de fin d'année.

...
Vous aimez cette page
Bonjour !
Créez votre site web tout comme moi! C'est facile et vous pouvez essayer sans payer
ANNONCE